Au Cameroun, le mécontentement se poursuit, après la décision du gouvernement d’annuler le feu vert qu’il avait initialement donné en vue d’exploiter la forêt vierge d’Ebo, au nord de Douala, la capitale économique – un revirement souhaité par des ONG qui avaient notamment souligné la présence de primates menacés d’extinction dans cette partie du pays. Mais certaines communautés locales affirment n’avoir pas été consultées. Notre correspondant Emmanuel Jules Ntap a été à la rencontre de ces villageois.

Sources : VOA Afrique